05.63.54.20.20 - SOS Amitiés Région Albi - 24h/24

Mal-être, détresse, solitude… des maux actuels

Une sonnerie de téléphone. Une main décroche le combiné. Quelqu'un est disponible pour accueillir la parole de celui qui appelle. Ce sont des pleurs quelquefois, des mots indistincts ou des phrases malhabiles. Il est difficile d'exprimer le malaise que l'on ressent, l'angoisse qui accable. Les mots et les silences disent le mal de la séparation, de la déchirure ou de la solitude, la douleur physique ou morale, ou encore le mal-être, avec, parfois, cette envie lancinante de mettre fin à cette souffrance par le suicide. La parole libérée, reçue et respectée par un autre entièrement disponible, peut conduire à un apaisement, à une demande plus claire et plus cohérente où réapparaissent confiance et espoir si nécessaires pour vivre.

S.O.S Amitié offre, à tous ceux qui choisissent d'appeler, la possibilité de mettre des mots sur leur souffrance et, ainsi, de prendre le recul nécessaire pour retrouver le goût de vivre.

Nous aider, nous rejoindre

Service gratuit ne faisant appel qu'à des bénévoles, S.O.S Amitié est la plus ancienne des associations offrant un secours moral et psychologique par téléphone. La rigueur dans la formation de ses écoutants, son expérience et son implantation nationale font de S.O.S Amitié le service de référence dans le domaine de l'écoute. S.O.S Amitié a aidé des centaines de milliers de personnes à traverser leurs propres crises existentielles. Ces personnes en souffrance ont pu surmonter leur détresse, alléger leur désespoir et, quelquefois, elles ont résisté à la tentation du suicide. L'écoute offerte aux personnes en souffrance permet de leur faire prendre conscience que la solidarité humaine existe et peut interrompre un processus de désespoir.

S.O.S Amitié est une main tendue dans une société où beaucoup de personnes se sentent dans un douloureux isolement.

Devenez écoutant bénévole

Nous sommes 2 100 bénévoles en France. L’écoute ne s’improvise pas et nécessite une compétence.
  • offrir bénévolement sa présence, son temps, sa patience, sa tolérance ;
  • accueillir le mal-être et la souffrance de l'autre, respecter son rythme, son volume sonore, son discours ;
  • se décentrer de soi, pour se centrer sur lui, être là, simplement ;
  • chercher à desserrer l’angoisse de l’appelant en lui permettant de retrouver sa propre initiative.

Etre non directif, selon les concepts élaborés par Carl Rogers

empathie, neutralité bienveillante, préjugé favorable et inconditionnel.

Conserver l’anonymat appelant/écoutant, qui restitue à l’être humain son espace de parole, son appartenance à une société, à un mode de vie et à une naissance. Cette compétence requiert un état d’être et nécessite un apprentissage. On ne devient écoutant qu’après une sélection rigoureuse et une longue formation.

Le recrutement

Si vous voulez devenir écoutant, adressez votre candidature par écrit à l'un des postes d'écoute le plus proche de votre domicile. Le recrutement comprend, outre une information précise sur l’association, des entretiens destinés à mesurer la qualité d’écoute du candidat et son équilibre émotionnel.

La formation

Elle s’échelonne sur plusieurs mois, soit environ 80 heures. Elle est assurée par des psychologues, des psychanalystes et des écoutants expérimentés. Elle comporte une formation théorique et des mises en situation.
  • L’écoutant stagiaire doit mesurer l’effet de certains appels douloureux sur sa propre personne et affiner ses qualités d’accueil, de tolérance et d’empathie.
  • Un bilan est fait régulièrement entre les formateurs et le candidat, afin d’examiner les difficultés qu’il rencontre.
  • En fin de formation, il est décidé ou non, en accord avec le stagiaire, de son entrée dans l’association comme écoutant.